Accueil » Qu’est-ce que le Syndrome du Bâtiment Malsain ?

Qu’est-ce que le Syndrome du Bâtiment Malsain ?

Selon la définition donnée par Wikipedia « Le syndrome du bâtiment malsain (SBM), ou en anglais : « Sick Building Syndrome » (SBS) est, dans le domaine de la santé environnementale et de la santé au travail, un syndrome décrivant une combinaison de symptômes ou de maladies médicalement inexpliquées et associées à un lieu construit » [1].

Peu connue en France, on parle beaucoup plus de pathologies du bâtiment ou de ce fameux syndrome. Alors quelles sont les causes ? Comment reconnaître un bâtiment malsain ? Comment faire le lien entre Syndrome du Bâtiment Malsain et pathologies ?

Quelles sont les causes du Syndrome du Bâtiment Malsain ? 

C’est la combinaison de symptômes ou de maladies médicalement inexpliquées et associées à un lieu construit.

Ce syndrome est parfois assimilé aux maladies émergentes et est devenu un problème fréquemment traité par la médecine du travail.

Les causes du Bâtiment Malsain sont nombreuses :

  • Matériaux de construction, rénovation et décoration
  • Electricité statique (atmosphère intérieure trop sèche, mauvaise terre…)
  • Champs électriques (gaines de câbles haute ou moyenne tension)
  • Champs électromagnétiques (Wi-Fi et antennes-relais de téléphonie mobile)
  • Eclairage artificiel ou non-accès à la lumière naturelle
  • Variations de la pression de l’atmosphère confinée (pression induite par la VMC)
  • Courants d’air (ouvertures de portes distantes)
  • Effet venturi (dans les bâtiments de grande hauteur)
  • Emanations et fuites des chaudières (au charbon ou au fioul en particulier)
  • Motorisation, graissage des équipements et des systèmes (pollution de l’air intérieur)
  • Pollution chimique et fragrances artificielles
  • Contamination microbienne, par des acariens
  • Désordre, manque de rangement et poussière
  • Mauvaise acoustique (propagation de vibrations, ultrasons infrasons)
  • Mobilier ou équipements mal positionnés
  • Mauvaise ergonomie du mobilier
  • Chocs thermiques et variation de la température

Certaines de ces causes peuvent être résolues par différents procédés voir anticipées lors de la construction ou en cas de rénovation.

Ou se cachent les bâtiments malsains ?

« Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 30% des bâtiments dans le monde souffriraient du syndrome du bâtiment malsain. Parmi les conséquences pour les employés: fatigue, maux de tête ou allergies. Pour lutter contre ces symptômes, plusieurs mesures de prévention sont possibles. »

Anne Devanthéry – hrtoday.ch

Bien malheureusement, partout ! Le Syndrome du Bâtiment Malsain peut affecter n’importe quel bâti que ce soit :

  • Les immeubles de bureaux, les ateliers ou les entrepôts ;
  • Les lieux de vie : maison, appartement, neuf ou anciens…
  • Les bâtiments destinés aux loisirs, aux soins ainsi qu’à l’apprentissage
  • Les établissements d’accueil, publics ou privés, comme les hôtels, les aérogares …

En réalité, tout lieu peut-être atteint par ce que l’on appelle les pathologies du bâti.

Comment faire le lien entre Syndrome du Bâtiment Malsain et maladies ?

Il est très complexe de déterminer le fait que ce soit un bâtiment qui rende ses occupants malades ou mal à l’aise.

Notre société est assurément plutôt encline à penser que ce sont les dérèglements internes du corps et de l’esprit qui entraînent les maladies. Or, nous l’avions oublié ces derniers siècles, mais l’environnement joue un rôle considérable sur notre santé.

Dans les locaux professionnels et les bâtiments publics

A date, les symptômes connus sont : maux de tête, fatigue, irritation des yeux, du nez, de la gorge et de la peau, vertiges, manifestations allergiques, asthme. En général, les spécialistes regardent le volume de personnes atteintes de ces signes prognostiques afin d’évaluer l’impact du lieu sur les occupants.

Si une majorité de personnes souffrent des mêmes manifestations, on dénomme alors un “syndrome collectif inexpliqué”.

Dans les lieux de vie

Au niveau des locaux privatifs (maison, appartement), la discipline de l’Habitat Sain est l’aboutissement d’une réflexion et de recherche sur la manière de vivre le plus sainement possible.

A l’heure actuelle, les Français ont trois grands sujets de préoccupation dans leur logement qu’ils placent à peu près à égalité : le bruit, l’air et l’eau.

Selon une enquête relayée par le Moniteur « Du logement confortable à l’habitat sain » les Français sont concernés par …

  • Le bruit provenant de l’extérieur : 30 %
  • La qualité de l’air : 29 %
  • Le plomb (canalisations) : 29 %
  • Les acariens : 22 %
  • L’amiante : 16 %
  • L’humidité : 12 %
  • Les matériaux de construction : 9 %

Comment savoir si l’on se trouve dans un bâtiment malsain ?  

« La problématique dépasse de loin le seul diagnostic technique. Une évaluation sérieuse doit conjuguer les paramètres techniques, organisationnels, managériaux, sociaux, humains. La gestion de cette crise doit être une démarche collective et collaborative mobilisant des ressources internes (personnel technique, management, CE/CHSCT, médecins du travail, personnel concerné, services généraux). Elle doit faire appel à l’expertise externe pour analyser et piloter l’ensemble.« 

Article de SOCOTEC

Si vous êtes un particulier, vous pouvez demander un Diagnostic D.I.S.E (Diagnostic Immobilier de Santé Environnementale). Ce dispositif permet de déterminer le niveau de 4 nuisances environnementales dans votre lieu de vie (Bruit, Air, Ondes, Eau).

Pour les collectivités et les entreprises, le Label DOMOEPIONE propose une analyse fine sur 360 critères de Santé Environnementale ce qui permet de comprendre et de gréer la problématique du Bâtiment Malsain ainsi que les impacts sur les collaborateurs.

Après la lutte contre l’insalubrité (depuis les années 60), le règne du confort domestique (des années 2000 à 2010), s’ouvre une nouvelle ère : celle de la prise en compte de la santé environnementale dans les lieux de vie et de travail.  

Mots clés : syndrome des bâtiments malsains, santé, travail, qualité de vie au travail, bâtiment durable, santé environnementale, pollution intérieure, Santé environnementale, Pollution intérieure, Environnement, Polluant, Pollution atmosphérique, Pollution chimique, Toxicité, Plan national santé environnement